Histoires de mots - 1er octobre 2022 - 2 min

Économie souterraine

Si l’argent ne fait peut-être pas le bonheur, la découverte de l’origine de trois mots liés à l’économie vous procurera par contre une joie ineffable. Il s’agit de boycotter, de mécène et de silhouette, qui rappellent en outre trois personnes méconnues. Mais une silhouette n’a rien à voir avec l’économie, direz-vous? Pour ne pas gâcher votre joie, nous nous garderons d’en dire plus et vous invitons simplement à lire cette Histoire de mots qui vous dévoilera ce qui se cache sous l’économie. Et en plus, c’est gratuit!

boycotter

Le mot boycotter a été tiré du nom de famille du capitaine Charles Cunningham Boycott (1832–1897), régisseur du propriétaire terrien anglo-irlandais Lord Erne du comté de Mayo, en Irlande. Après une récolte désastreuse vers 1880, les fermiers réclamèrent une réduction de loyer de 25 %; Lord Erne (par le truchement de Boycott) offrit seulement 10 % en fermant la porte à toute négociation. Après que Boycott eut entamé l’éviction des fermiers, des activistes locaux décidèrent de cesser de travailler pour lui et pour quiconque avait pris possession des fermes des expulsés. Boycott n’eut pas d’autre choix que de rémunérer des miliciens protestants (sous haute et onéreuse protection policière) pour venir effectuer les récoltes, ce qui se traduisit par d’importantes pertes financières. Cette campagne, qui se démarqua à l’époque pour son caractère innovateur, efficace et non violent, amena la popularisation rapide du verbe to boycott pour désigner ce type de campagne. Aussitôt créé, le verbe anglais se répandit comme une trainée de poudre en Europe. Ainsi, on recense le verbe français boycotter la même année que sa création en anglais (1880). Le nom boycottage, formé sur ce verbe l’année suivante, subit seulement quelques années plus tard la concurrence de son synonyme boycott, un emprunt au nom correspondant anglais.

mécène

Mécène (en latin : Caius Maecenas) était un homme politique romain, conseiller d’Auguste. Possesseur d’une grande fortune, il fut le protecteur d’illustres poètes tels qu’Horace et Virgile. En français, au début du XVIe siècle, on tira du nom de ce personnage un nom commun signifiant ‘personne riche qui soutient financièrement les artistes’ sous la forme latinisée mecenas. La forme francisée mecene fit son apparition un siècle et demi plus tard, suivie de la forme accentuée moderne mécène au XVIIIe siècle.

silhouette

Le souci de l’économie du ministre Étienne de Silhouette ayant été tourné en dérision, on peut supposer qu’on a établi un rapport entre économie et silhouette parce que cette dernière est produite par une « économie » de traits. De fait, alors même qu’il était le contrôleur général des finances de Louis XV en 1759, on note une première attestation de silhouette dans la locution à la silhouette, signifiant ‘fait avec économie’. Suivent ensuite les expressions profil à la silhouette et portrait à la silhouette. En tant que mot isolé, silhouette est utilisé à partir de la fin du XVIIIe siècle avec le sens ‘portrait d’un visage de profil exécuté en suivant le contour de son ombre’, puis ‘ombre qui figure un contour’. Les sens ‘contour d’une personne’ et ‘contour vague de quelque chose’ sont usités depuis le XIXe siècle.

Cet article a été concocté par
les linguistes d’Antidote

Découvrez d’intéressantes remarques étymologiques dans le dictionnaire historique d’Antidote.

En savoir plus

Aucun résultat trouvé