Points de langue - 1er juin 2006 - 2 min

Faut-il dire air conditionné ou air climatisé ?

Voilà une question estivale que le réchauffement climatique devrait rendre d’une toujours plus brulante actualité. Comment désigner ce que le capitaine Haddock appelle dédaigneusement air en conserve ?

C’est au début du xxe siècle que sont nées aux États-Unis les techniques modernes utilisées pour maintenir artificiellement l’air d’un local ou d’un véhicule dans des conditions désirées de température et d’humidité, techniques appelées en anglais air conditioning. Dans la langue de Shakespeare, l’air ainsi traité est appelé conditioned air et l’appareil air conditioner. Ces expressions ont été traduites en français sous les formes conditionnement de l’air (ou conditionnement d’air), air conditionné et conditionneur d’air.

Dans l’usage de tous les jours, ces expressions anglaises et françaises concernent surtout le cas où il s’agit de donner à un local une température plus fraiche que la température extérieure. Dans le cas contraire, le français courant préfère plutôt le bon vieux mot chauffage et ses dérivés.

Parallèlement à l’évolution de l’air conditionné sont apparus en français le verbe climatiser et ses dérivés climatisé, climatisation et climatiseur, qui désignent essentiellement les mêmes concepts, mais qui s’emploient en parlant du local ou du véhicule plutôt que de l’air traité : climatisation d’une salle, d’un immeuble ; une limousine climatisée ; installer un climatiseur.

L’on pourrait même climatiser un cauchemar : en 1945, l’écrivain américain Henry Miller a brossé un portrait sévère de son pays dans un récit intitulé The Air-Conditioned Nightmare. L’ouvrage a été traduit en français sous le titre le Cauchemar climatisé. L’expression est parfois reprise pour faire allusion au mode de vie américain.

Même si l’on trouve quelques avis divergents ici et là, les ouvrages de référence français recommandent généralement de s’en tenir à la distribution des rôles donnée ci-dessus entre les mots de la famille de conditionné et ceux de la famille de climatisé. On préfèrera les premiers avec le mot air et les seconds pour parler du local ou du véhicule. Voici quelques exemples. L’astérisque indique un exemple à ne pas suivre.

Une voiture à air conditionné.
*Une voiture à air climatisé.
*Une voiture conditionnée.
Une voiture climatisée.

Le conditionnement de l’air favorise la conservation des manuscrits.
La climatisation (du local) favorise la conservation des manuscrits.

La cabine est équipée d’un conditionneur d’air.
La cabine est équipée d’un climatiseur.

Pour ces raisons, en réponse à la question initiale, l’expression air climatisé, même si elle se rencontre souvent au Québec, est à éviter1. En revanche, pour qualifier un local ou un véhicule, l’adjectif anglais air-conditioned se traduit avantageusement par climatisé, plus bref et maniable que les locutions équivalentes avec air conditionné ou à air conditionné.

*Une salle de cinéma avec air climatisé.
*Une salle de cinéma à air climatisé.
*Une salle de cinéma conditionnée.
Une salle de cinéma avec air conditionné.
Une salle de cinéma à air conditionné.
Une salle de cinéma climatisée.

Il arrive aussi que, par une métonymie assez naturelle, l’on rencontre l’expression air conditionné utilisée dans le sens de conditionneur d’air ou climatiseur. Cet emploi est à éviter dans une langue soutenue.

*Nous avons installé l’air conditionné dans la chambre.
Nous avons installé le conditionneur d’air dans la chambre.
Nous avons installé le climatiseur dans la chambre.

Le mot climatiseur désigne généralement un appareil individuel de dimensions relativement modestes, par exemple un climatiseur de fenêtre. Pour désigner une installation plus complexe, par exemple pour un immeuble, on parle plutôt de la climatisation, mot familièrement abrégé en clim.

La climatisation du bureau est en panne.
La clim du bureau est en panne. (familier)

Conclusion

Paradoxalement, le réchauffement de la planète serait entre autres entretenu par tous ces climatiseurs énergivores qui peinent à nous en soustraire localement : les écolos inconditionnels et inconditionnés parleront-ils un jour de clim contre l’humanité ?


  1. Mise à jour (2018) — Depuis la publication de cette chronique (2006), l’expression air climatisé a continué à se propager dans l’usage francophone, au point où la plupart des ouvrages de référence récents la considèrent désormais comme un synonyme correct d’air conditionné. Antidote prend acte de l’« air du temps » en acceptant dorénavant les deux expressions. 

Cet article a été concocté par
les linguistes d’Antidote
Aucun résultat trouvé